Difficile de revenir ici, après plus d’un an sans blogguer ni laisser aucune trace. La peur au ventre, j’espère aujourd’hui redémarrer un morceau de je ne sais trop quoi, de quelque chose qui pourra, peut-être, m’ouvrir une issue que je n’entrevois pas pour le moment dans ma vie où règne désormais le chaos.

Ne pas laisser la peur gouverner.

Je connais certaines personnes qui lisent mes mots ici, mon entourage professionnel, mes proches, ma famille, et c’est aussi pour ça que j’ai du mal à revenir ici.

A la belle époque, mon blog était un exutoire, une sorte de journal ou je pouvais exprimer beaucoup de choses, des émotions authentiques, sans craindre quoi que ce soit. Mais aujourd’hui et depuis quelques temps maintenant, quelque chose à changé. Je redoute la vision que les autres pourraient avoir de moi.

Parfois j’écris, je publie, puis je fais machine arrière, j’efface tout.
Comme si, par mes mots, je pouvais décevoir, choquer, interloquer.
Ce sera peut-être le cas ce soir. Ou peut-être pas.

Après tout, personne n’est infaillible, parfait, toujours joyeux et j’en passe.
Parfois j’en ai marre de ce bonheur que la bienséance voudrait qu’on affiche partout et en toutes circonstances.

Chaque fois que j’étais heureuse, que le bonheur frappait à ma porte, je disais toujours :

Un jour je perdrais tout

J’avais raison.

Write A Comment