Un boucleur, un lisseur, les affaires de toilette de monsieur et toujours pas ce foutu sèche-cheveux que je cherche depuis 10 minutes déjà… La colère me monte, puis je me résigne, j’irai donc au travail les cheveux mouillés en plein hiver. Je regarde alors autour de moi, la salle de bain est en bordel, je suis carrément en retard et je vais à coup sûr choper la crève en sortant les cheveux ainsi trempés…

Ce jour là, après la frustration et la colère, les larmes me sont montées : pourquoi est-ce si compliqué de trouver ce dont j’ai besoin là maintenant, de suite ?

▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲

En rentrant de ma journée de travail, j’ai pris le temps de me poser et d’écouter mon ressenti. Cela faisait en réalité plusieurs mois que j’avais cette sensation d’être dépassée et encombrée par mes biens matériels. Lorsque je rentrais à la maison, il m’était impossible d’être apaisée tant mon environnement était surchargé et me préoccupait.

La solution était simple, je devais trier et ranger toutes mes affaires pour en finir avec cette sensation d’étouffement. Simple en théorie mais en réalité … bonjour le bordel, c’était TOUT sauf simple ! Par où commencer ? Comment trier ? Je me suis vite retrouvée perdue et découragée devant l’ampleur de la tâche.

Déformation professionnelle ou simple habitude de “geek” j’ai demandé à mon ami Google de m’aider dans cette tâche. Il était évident qu’il existait une méthode miracle pour trier et ranger en un claquement de doigts ! Au fil de mes recherches j’ai fini par tomber sur tomber sur l’évidence : le minimalisme.

Source : A world of dream homes - Bloglovin
Source : A world of dream homes – Bloglovin
Source : Home & Interiors - Bloglovin
Source : Home & Interiors – Bloglovin

Au début, j’ai pris le minimalisme pour un style de décoration épuré. Je me suis mise à trier mes placard un peu au “feeling”, c’était plutôt simple de déterminer ce que je voulais garder et ce dont je voulais me séparer. Au fond de mes placards se cachaient des choses dont je n’avais même pas conscience de les posséder ! Preuve pour moi qu’elles m’étaient totalement inutiles et que je pouvais donc m’en séparer.

Aujourd’hui j’ai beaucoup évolué et j’ai surtout découvert que le minimalisme n’était pas qu’une question d’esthétique mais en réalité une réflexion profonde sur notre mode de vie et de consommation. J’ai décidé de partager avec vous mes recherches, mes lectures et mes erreurs, bref mon cheminement vers le minimalisme.

Julie

Write A Comment